Recherche

Historique

L’origine du nom de notre commune remonte au 6ème siècle.

Un moine nommé Brandan (ou Bréwelaire), grand navigateur et compagnon de Saint Malo donne son nom à la paroisse, dont l’origine est étroitement liée à celle du Mont Saint Michel.

L’Abbaye y construit un prieuré au 11ème siècle. Ce prieuré dont il reste encore « l’antique manoir posé comme un nid d’aigle dans un coin de rocher dominant le bourg et la mer présente son grand pavillon, sa tourelle en encorbellement » rappelle l’influence des moines bénédictins.

Dès 1220, les collines sont utilisées pour réparer et accroître le prieuré.

Les seigneurs de Saint Broladre résident au manoir de la Ville Guillaume, construit au 16ème siècle, qui a conservé quelques vestiges du portail et des fenêtres en arc brisé de sa chapelle. Les fragments des statuts de Saint Gontran et de Saint Guinefort sont conservés dans la ferme.

La chapelle Sainte Anne des Grèves, construite en 1684 a remplacé une chapelle primitive, détruite par une inondation en 1630, est élevée au sommet de la digue dans l’intention de mettre les propriétés sous la protection de Sainte Anne.

Saint Broladre est associé à la légende de la grande marée de 709 qui aurait englouti la forêt de Scisy.

Très tôt, les hommes se lancent à la conquête de la mer et créent des zones cultivables dans les terres riches des marais, terrains gagnés sur la mer par la construction de digues successives, dont la dernière est la digue de la duchesse Anne de 1856 à 1934, longue de 36Kms entre le château de Richeux et les grèves de la Fouerelles à Saint Georges de Gréhaigne. 15000 hectares cultivables sont ainsi gagnés sur la mer.

Dès le 11 ème siècle, on installe des pièges à poissons, les célèbres pêcheries dont la plus connue des Broladriens est « La Mécanique ».

A marée basse, les pécheurs à pieds péchaient et pèchent encore différents coquillages et crustacés.

Saint Broladre, c’est la campagne au bord de mer. Elle possède un micro climat précieux bénéfique aux convalescents.

Ainsi, au début du 20ème siècle, les sœurs franciscaines ont fait construire sur « la falaise morte de Saint Broladre », un important bâtiment à « pas de moineaux » architecture particulière à leur contrée, le Nord-Pas-de-Calais. L’aérium Saint Joseph accueillait des enfants à la santé délicate. Il s’est peu à peu transformé en orphelinat.

Le visiteur attentif pourra découvrir sur un circuit vallonné à travers une nature préservée, des bois, des prés, une vallée creusée dans le roc, la vallée du Riskop. Montant par la côte des Perrières , il pourra admirer la Baie de la pointe du Grouin jusqu’aux collines normandes de Champeaux.

Il ne pourra pas manquer le manoir, les linteaux, les croix anciennes, les fours, les puits qui jalonnent la campagne… et la visite de notre site mégalithique.

   

Il pourra enfin à travers les marais rejoindre la chapelle Sainte Anne où se déroule chaque 4ème dimanche de juillet le pardon de Sainte Anne.

^ Haut de page ^